Marche

Mardi 19 novembre 2019 : Puechabon ” La Galine “

Publié le

Animateur : Alain HERBET

« Qui regarde la météo…part en rando plutôt ! »
C’est en effet une meute de marcheurs qui a afflué sur le parking de départ en ce mardi 19 novembre… Est-ce l’annonce d’une fin de semaine pluvieuse ou la classification en P2 de cette sortie du jour ? Toujours est-il que le « GO » du jour a dû gérer une rame de 11 véhicules tant lors du déplacement que pour le parking, après un comptage précis et la désignation du serre-file et du rédacteur du compte-rendu ( Le même … Merci GO ) il fut suivi par 50 membres de la MÀS qui ont parcouru les 12 km 300 prévus au menu du jour assez simple à décrire : départ du stade de Puechabon, 6 km de montée, 6 km de descente,300 m de plat, des cailloux sur tout le chemin ! Le plat fut mis à profit pour le traditionnel goûter, mais aussi pour un bref tour d’horizon qui identifiait la montagne de la Séranne avec le Mont Saint-Baudille ( 848 m) à son extrémité ouest, à nos pieds la convergence des thalwegs de l’Hérault et de la Buèges laissant deviner Saint-Guilhem-le-désert. Comme l’horizon était bien dégagé nous avons également identifié le fameux pic de Vissou et encore bien plus loin derrière lui le Canigou ! Un rocher propice a également permis à notre président de se percher et de s’adresser à la foule à ses pieds pour donner quelques informations sur les prochaines activités du club notamment celles du Téléthon. Lors du retour vers la base de départ, on a pu noter un étirement de la colonne de plus de 300 m… Ce qui devrait interpeller les animateurs en cas de regain de participation s’ils ne veulent pas involontairement faire chuter les effectifs à venir !

Jean-Claude HORENS

Photos : Mireille QUINTANE

 

Marche

Jeudi 14 novembre 2019 : Rabieux

Publié le

Animatrice : Danielle SEGUIN

Comme à l’accoutumée l’adage “Qui trop regarde la météo, ne met jamais son sac à dos” s’est vérifié ce jeudi !
Deux poignées seulement de marcheurs au départ de Rabieux pour une marche à la Koh-lanta (dixit DSN). Certes, le ciel était couvert avec parfois une timide apparition du soleil et surtout une petite bruine de cinq minutes pour obliger une marcheuse à sortir sa cape ! Sinon une dizaine de kilomètres en alternant de larges chemins, de petites sentes, l’ascension à la Croix de Gibret. Cependant pour justifier l’appellation Koh-Lanta  Danielle a quitté les sentiers pour nous faire traverser, marcher dans les nombreux rus  qui jalonnaient le parcours, en terminant par le passage de La Lergue. Une belle marche d’hiver que des nouveaux, et même une ancienne ont découverte.

René POHL
PS : le court récit n’était qu’un prétexte pour dire que malheureusement, l’adage se vérifie très souvent  cette saison.

 

Photos: Patrick ZURLINDEN

Marche

Mardi 12 novembre 2019 : Aumelas – les Puechs

Publié le

Animateur: Michel BONNET

Je connaissais le castellas d’Aumelas, cette forteresse féodale perchée sur son causse, j’ai découvert les puechs . Michel a mené 38 marcheuses et marcheurs autour du castellas dans les senteurs de thym, romarin et sauvage, à travers la garrigue et ses chênes kermès mais aussi en sous-bois où un marcheur a même trouvé un champignon…Au total, environ 12 km et un dénivellé de 370 mètres en 3 heures 10. Le tout agrémenté de soleil et de vent… Merci Michel

Mireille QUINTANE

Photos: Mireille QUINTANE & Jean-Marie BONNET

Marche

Mardi 5 novembre 2019 : Palavas-les-Flots

Publié le

Animateur: Christian ROUX

32 marcheurs désireux de prendre l’air après une période pluvieuse prennent la route de Palavas-les-Flots. Ils vont parcourir 11 km en 2 h 40 à une allure de 4,4 km/h (pas mal!) et un dénivelé positif de 40 mètres, ce que l’on a du mal à “imaginer”. Nous longeons d’abord le Lez puis le canal du Rhône à Sète, où nous essuyons un petit grain sans gravité. Nous laissons doubler par une grosse péniche vide et bravons une pelle mécanique qui tentait de nous barrer le passage. Nous parvenons à la cathédrale de Maguelone que nous visitons, que certains la découvrent pour la première fois. Le retour se fait par le bord de mer peu fréquenté et très “humide”. Bien aérés, nous sommes de retour à Saint-Georges d’Orques.

Christian ROUX

Diaporama: Jean-Marie BONNET

Marche

Mardi 29 octobre 2019: La Gardiole Ouest

Publié le

Animateur : Michel BORNAND

Depuis le parking, les murs dentelés de l’Abbaye Saint-Félix-de-Montceau se découpent sur un beau ciel bleu automnal ! Derrière Michel, notre guide, 29 marcheurs partent explorer ce beau massif de la Gardiole pour une promenade de 12 km ! Des montées, des descentes vertigineuses, (350 m de dénivelé), des petits sentiers, des pistes bordés de pins, de chênes verts (yeuses) nous conduisent sur les crêtes. La vue, même voilée, est splendide sur les étangs de Balaruc, Bouzigues et les parcs à huitres, la silhouette du dauphin de Sète. Puis au loin, la mer, et aussi les vignes qui fournissent l’élixir de l Hérault : le muscat de Frontignan- Mireval sur des sols calcaires ( même si le Champagne de Geneviève – sur des sols crayeux- lui fait concurrence !) et moins pittoresque : la raffinerie de Frontignan-la Peyrade !

L’abbaye de Montceau
Dressée au cœur d’un écrin de verdure aux senteurs de pins, de lavandes, de thym et de romarins, surplombant la plaine de Gigean et le bassin de Thau, cette magnifique abbaye du onzième siècle est un véritable trésor historique. Déjà très prospère vers l’an 1000, elle fut occupée par des religieuses qui y développèrent les terres, des troupeaux, des moulins, des vignes. Au15ème siècle, elle fut pillée et incendiée. Depuis 1970, l’abbaye est restaurée par l’Association Sauvegarde de l’ Abbaye : on peut y admirer l’abbatiale gothique et sa rosace, la chapelle romane du11ème siècle, le funérarium ainsi que de nombreuses salles.

Le Massif de la Gardiole
Ce massif qui borde la Méditerranée constitue l’une des dernières séries de plis crées lors du Jurassique d’où le sol constitué de calcaire jurassique ( calcaire coquillé )période s’étendant de moins 201 millions d’années à moins 145 millions d’années !! Le massif s’étale sur 18 km entre Montpellier et l’étang de Thau pour une largeur de 3 ou 4 km ; le point culminant 250 m . Des vestiges préhistoriques et néolithiques y sont présents ainsi qu’une occupation romaine et gallo-romaine. Le massif de la Gardiole a été classé Zone naturelle d’intérêt écologique, floristique et faunistique et pour nous : un lieu mystérieux de découvertes ! ( sources internet)

Merci Michel pour cette marche sportive dans ce beau massif : le soleil couchant nous a même tiré sa révérence !

Andrée MAURIN

Diaporama: Jean-Marie BONNET