Grande Marche

Jeudi 8 octobre 2020 : Le Pouget ” Le Dolmen”

Guide :  Mireille QUINTANE

La première et seule difficulté de cette sortie a été de ne pas perdre le long cortège de 13 voitures qui nous menait au village du Pouget nommé « Lou Piochet » en occitan, « le pog ». Au Pouget, l’eau des sources captées dans les collines est acheminée par de longues galeries et distribuée par les trois fontaines du village. Au point de départ de cette randonnée, la surprise était de taille pour les villageois à voir un groupe aussi nombreux de 48 marcheurs et oui rien que ça… qui venaient arpenter les chemins de leur commune. Bravo Mireille, ton record de participants a explosé. Short et tee-shirt étaient de rigueur, c’est par une température estivale de 22° que nous avons débuté notre randonnée. Notre premier arrêt a été au Dolmen du Pouget (et oui, il n’y a pas qu’en Bretagne que nous pouvons les observer). Le dolmen du Pouget (dit aussi de Gallardet) est un des plus grands monuments funéraires préhistoriques de la région et certainement un des plus beaux, c’est un vestige rare. Composé d’un couloir, d’une antichambre et d’une chambre funéraire, c’est un édifice monumental qu’on suppose qu’il a nécessité la présence d’une communauté villageoise, importante à l’époque de son édification. Il est situé sur le haut d’une colline qui domine la vallée de l’Hérault. Chemin faisant, nous avons suivi le sentier qui traverse la plaine de l’Estang, marais asséché au IX ème siècle par une galerie souterraine équipée de regards “le fossé des yeux” et domine le village de Tressan, nul doute que ces yeux ont observé les gourmands qui grappillaient les derniers grains de raisins encore présents sur les pieds de vignes. Puis retour au point de départ. 
Merci Mireille encore une belle découverte.

Françoise LANDRY

L’interprétation de la grande marche au Pouget de Yves CAHN

Avec Mireille à la manœuvre, la preuve est faite : nul besoin d’un grand homme pour guider un échantillon significatif de l’ADN de notre peuple. Cinq groupes de marcheurs, pour obéir aux règles en vigueur, ont été constitués au Pouget. Mais l’instinct des chenilles processionnaires a fini par les faire marcher à la queue leu leu sur les chemins de la convivialité et de la vie bonne.
Que retenir de cette escapade ?
 – Deux gros villages, Le Pouget et Puilarcher, qui, derrière de belles façades vigneronnes, nous font deviner une aisance discrète mais certaine.
 – Le dolmen de Gallardet ou du Pouget, sur un tumulus dominant la vallée de l’Hérault ; tombeau collectif et souterrain du pourtour méditerranéen (3500 à 2800 ans avant notre ère), son allée de 12 m et sa chambre funéraire de 12m sur 4 qui aurait pu tous nous accueillir.
L’absence de masque ne l’a pas permis ! Et surtout les paysages viticoles héraultais qui nous sont familiers et qui, le temps de cette marche, nous en fait oublier les turbulences de notre époque.

 

Laisser un commentaire